Lepista (Fr.) W.G. Sm.

J. Bot., Lond. 8: 248 (1870)

 

Genre (Fam. Tricholomataceae) très répandu, qui compte environ 50 espèces, mais mal connu en Afrique où il n’existe pas de monographie récente.

Sporophores à chapeau et pied central, sans voile universel. Chapeau convexe à plan, généralement déprimé à concave ou infundibuliforme à maturité, lisse, parfois radialement fibrilleux, tomenteux, sec à collant, blanc, bleu, beige, brun ou brun grisâtre. Hyménophore à lamelles émarginées à décurrentes, espacées à serrées, blanches, bleues ou concolores au chapeau. Pied central, cylindrique, sans voile ni anneau. Contexte mou et fragile, fibreux. Sporée blanche à crème, ou avec de faibles teintes roses. Spores ellipsoïdes, échinulées ou ornementées de verrues basses, hyalines, sans pore germinatif distinct. Basides clavées, généralement 4-spores. Cystides absentes. Système d’hyphes monomitique, hyphes à paroi mince. Boucles présentes. Revêtement piléique variable de type rectocutis, ixorectocutis, tomentum ou ixotomentum. Trame des lamelles régulière.

Les Lepista sont des espèces saprotrophes terricoles ou humicoles, les sporophores poussent uniquement sur le sol ou sur de la litière, pas sur le bois.

Les limites avec le genre Clitocybe sont très floues; sous le microscope, les spores de Lepista sont verruqueuses à échinulées alors que celles des Clitocybe sont lisses.

Au total 7 espèces sont mentionnées pour l’Afrique du Sud et de l’Est dont 4 sont consommées en Afrique du Sud (Pegler,1977; Watt & Breyer-Brandwijk, 1962). La comestibilité de l’une d’elles, Lepista caffrorum (Kalchbr. & MacOwan) Singer, serait néanmoins douteuse (Steyn & Talbot, 1954).