Afroboletus Pegler & Young

Trans. Br. mycol. Soc. 76(1): 130 (1981)

 

Genre (Fam. Boletaceae) endémique d’Afrique tropicale comptant 7 espèces, dont deux utilisées comme aliment (Boa 2004).

Sporophores à chapeau et pied central, avec voile et hyménophore tubulé. Chapeau hémisphérique, convexe, plat ou conique, muni de pustules ou squames, sec, pâle à brun grisâtre; marge souvent appendiculée, avec ou sans restes de voile. Hyménophore ventru, courtement adné, décurrent d’une dent, séquestré ou non; pores blancs, puis grisâtres, rouges puis noirâtres par froissement. Pied élancé, mince, cylindrique, muni d’un anneau ou d’amples restes de voile partiel, parfois squamuleux vers le bas. Contexte mou, fragile, blanchâtre, très souvent rougissant, puis grisâtre-noir à la coupe. Sporée brun foncé à brun noirâtre. Spores subglobuleuses à courtement ellipsoïdes, à paroi épaisse, inamyloïdes, marginées autour de l’apicule sauf autour du pore germinatif orné de crêtes longitudinales, 1-3,5 µm haut, finement veiné-anastomosé dans les interstices. Basides piriformes, (2-)4-spores. Cheilocystides et pleurocystides présentes, clavées ou lancéolées, à pigment intracellulaire brunâtre (à maturité). Système d’hyphes monomitique à paroi mince, sans boucles. Pileipellis complexe, souvent un trichoderme avec ou sans couche de cellules vésiculeuses-gonflées; trame des tubes bilatérale, divergente.

Espèces ectomycorrhiziennes associées aux Phyllanthaceae (Uapaca spp.) et aux Caesalpiniaceae. Connu de divers types de forêts denses humides et forêts claires. Sur sol, litière, termitières et à la base de troncs d’arbres vivants.