Xerocomus subspinulosus Heinem.

Bull. Jard. bot. État Brux. 34: 446 (1964)

 

Référence illustrée: De Kesel et al. (2017), Champ. comestibles du Haut-Katanga, ABCTaxa 17: 243, fig. 126.

 

Macroscopie – Sporophores isolés. Chapeau 8-10(13) cm diam., charnu, convexe-pulviné, rarement plan; revêtement tomenteux, puis finement craquelé, brun à brun foncé, faiblement bleuissant par froissement; marge un peu débordante. Pied 8-10 × 1-2 cm, cylindrique ou un peu élargi à la base, plein, sec, mat, lisse ou très faiblement réticulé, brun rougeâtre, rapidement brun clair à brun clair grisâtre. Mycélium basal blanchâtre. Pores ronds, petits, 2-3/mm, jaunâtres, bleu-verdâtre au froissement; tubes sinués, courtement adnés, non-séparables, assez ventrus, 8-12 mm long., d’abord jaunes, devenant verdâtres. Chair ferme, d’abord jaune, légèrement bleuissante dans le pied et au-dessus des tubes. Odeur faible. Goût faible à doux. Sporée brun-olivâtre.

 

Macroscopie – Spores ellipsoïdes à sublosangiques, lisses, (9,2-)9,3-10,5-11,8(-13) × (4,5-)4,6-5-5,5(-5,7) µm, Q = (1,73-)1,83-2,09-2,35(-2,37). Basides 4-spores, clavées, 29-38 × 11-13 µm. Cheilocystides et pleurocystides présentes, claviformes à lancéolées. Trame des tubes subrégulière. Anses d'anastomose absentes.

 

Ecologie Ectomycorrhizien, associé à Burkea, Isoberlinia, Julbernardia globiflora, Brachystegia spiciformis, Marquesia macroura; forêt claire, miombo.

 

Distribution géographique connue – Bénin (De Kesel et al., 2002), Burundi (Nzigidahera, 2007), R.D. Congo (Degreef et al., 2016; De Kesel et al., 2017), Togo.

 

Note Xerocomus subspinulosus fait partie du groupe des grands Xerocomus possédant d’assez grandes cheilocystides claviformes ou longuement fusiformes. L’espèce est proche de Xerocomus spinulosus, décrite originellement des forêts denses humides, et qui s’en sépare par la présence d’éléments piléiques terminaux beaucoup plus arrondis que ceux de X. subspinulosus.


Cliquez sur la carte de distribution pour visualiser les métadonnées des spécimens