Termitomyces striatus (Beeli) Heim

Mém. Acad. Sci. Paris 44: 72 (1942)

 

Synonyme:

Schulzeria striata Beeli, Bull. Jard. Bot. État Brux. 15(1): 29 (1938).

 

Références illustrées: Beeli (1938), Bull. Jard. Bot. État Brux. 15(1): 29, pl. 1, fig. 6 (ut Schulzeria striata); Buyck (1994), Ubwoba: 43, figs 20 & 21; De Kesel et al. (2002), Guide champ. com. Bénin: 235, photo 69; De Kesel et al. (2017), Champ. comestibles du Haut-Katanga, ABCTaxa 17: 229, figs 117 & 118; Eyi et al. (2011), Champignons comestibles des forêts denses d’Afrique centrale, ABC Taxa 10: 217, figs 148 & 149; Härkönen et al. (2015), Zambian mushrooms and mycology: 134, fig. 187; 144, figs 201 & 202; Heim (1942b), Extr. Rev. Scient. 3205: fig. 22; Heim (1958) (ut T. striatus var. aurantiacus), Fl. Icon. Champ. Congo 7: 144, 145, pl. 23, fig. 1; Heim (1963b), Cah. Maboké 1: 22, figs 1/1, 3 & 4; Heim (1977), Termites et champ.: 51, figs 7-9, pl. 1, fig. 1 a,b; Malaisse et al. (2008), Geo-Eco-Trop 32: 4, pl. 1C-F; Mossebo et al. (2002) (ut T. striatus var. bibasidiatus), Bull. Soc. Mycol. Fr. 118(3): 207, pl. 4, fig. 4, 15d; Pegler (1969), Kew Bull. 23: 225, fig. 2/6; Pegler (1977), A preliminary agaric flora of East Africa: 291, fig. 64; Zoberi (1972), Tropical macrofungi: 87, fig. 20; Zoberi (1973), Niger. Field 38: 84, pl. 1e.

 

Macroscopie – Chapeau 4-12 cm diam., modérément charnu et ferme, largement conique puis presque plan, faiblement ou non déprimé autour du perforatorium, celui-ci assez aigu, dur, 1-1,5 cm large; marge souvent sillonnée, d’abord incurvée puis étalée, flexueuse, finalement parfois subrévolutée, à multiples déchirures radiales jusqu’à mi-rayon; revêtement séparable jusqu’au bord du perforatorium, subluisant, sec, lisse, sillonné au moins de sa partie moyenne jusqu’au bord, ocre blanchâtre à ocre jaunâtre, le plus souvent grisâtre à ocre brunâtre (5C3-7), perforatorium toujours plus sombre ou plus foncé que le chapeau (5D3-7). Pied 6-12 × 0,8-1,5 cm, central, massif, sans anneau, presque cylindrique, parfois un peu comprimé, lisse, fibreux, presque blanc pur à crème, à peine renflé au collet, se prolongeant de façon continue en pseudorhize cylindrique (-40 cm), blanche. Lamelles libres, très serrées, -0,6 cm large, inégales, blanchâtres à crème incarnat; lamellules nombreuses, de longueur variable; arête subrégulière, concolore. Chair molle dans le chapeau, fibreuse et ferme ailleurs, blanche, immuable. Odeur forte, subfarineuse. Goût fort, agréable. Sporée crème incarnat.

 

Microscopie – Spores subovoïdes à ellipsoïdes, hyalines, lisses, (6,1-)6,3-7,5-8,7(-8,7) × (3,8-)3,7-4,6-5,6(-,4) µm, Q = (1,26-)1,31-1,62-1,93(-2,01). Basides clavées, 4-spores, 18-26 × 6,3-7,1 μm. Cheilo- et pleurocystides abondantes, clavées à piriformes. Anses d’anastomose absentes.

 

Ecologie – Symbiotique, obligatoirement associé à Odontotermes latericius (Froslev et al., 2003), sur termitière épigée; forêt dense humide, forêt claire, miombo, savane, plantation.

 

Distribution géographique connue – Bénin (De Kesel et al., 2002), Burundi (Buyck, 1994; Nzigidahera, 2007; Degreef et al., 2016), Cameroun (Mossebo et al., 2002, ut T. striatus var. bibasidiatusNjouonkou et al., 2016; Zoberi, 1972), R. Congo (Zoberi, 1972), R. Centrafricaine (Heim, 1963; Malaisse et al., 2008), R.D. Congo (Degreef et. al., 1997; De Kesel & Malaisse, 2010, ut T. striatus & var. aurantiacus; Malaisse, 1997, ut T. striatus & var. aurantiacus; De Kesel et al., 2017; Parent & Thoen, 1977, ut T. striatus f. aurantiacus), Côte d’Ivoire (Zoberi, 1972), Gabon (Eyi, 2009; Eyi & Degreef, 2010; Eyi et al., 2011), Ghana (Pegler, 1969, ut T. striatus var. aurantiacus & f. griseus), Guinée (Zoberi, 1972), Kenya (Pegler, 1977), Malawi (Morris, 1990), Mali, Nigéria (Zoberi, 1972), Ouganda (Pegler, 1969, ut T. striatus f. griseus, 1977), Rwanda, Sierra Leone (Beeli, 1938, ut Schulzeria striata; Pegler, 1969, ut T. striatus var. striatus & f. annulatus, 1977; Zoberi, 1972)Togo (Yorou et al., 2014)Zambie (Härkönen et al., 2015).

 

Notes – Termitomyces striatus est l’une des espèces du genre les plus communes et les plus répandues en Afrique tropicale.

Une grande variabilité dans la coloration du revêtement piléique est observée chez Termitomyces striatus et a conduit certains auteurs à distinguer de nombreuses variétés et formes au sein de cette espèce. Dans l'attente d’une étude phylogénétique des taxons voisins, l'espèce est ici considérée au sens large.


Cliquez sur la carte de distribution pour visualiser les métadonnées des spécimens