Termitomyces mammiformis Heim

Arch. Mus. Hist. Nat. Paris, sér. 6, 18: 147 (1942)

 

Synonyme:

Termitomyces mammiformis f. albus Heim, Denkschr. Schweiz. Naturf. Ges. 80(1): 23 (1952).

 

Références illustrées: Eyi et al. (2011), Champignons comestibles des forêts denses d’Afrique centrale, ABCTaxa 10 : 207, fig. 141; Heim (1941), Mém. Acad. Sc. Inst. Fr. 64: 53, pl. 10, fig. E; Heim (1952), Mém. Soc. Helv. Sc. Nat. 80: 9, figs 3, 4, pl. 3, pl. 7, figs c, e, f; Heim (1958), Fl. Icon. Champ. Congo 7: 149, pl. 25, fig. 1; Heim (1963c), Cah. Maboké 1: 22, fig. 1/3; Heim (1963d), Sciences 26: 32, fig. 21d; Heim (1977), Termites et champ.: 61, figs 13, 14, pl. 2, fig. 2 e-i; Mossebo et al. (2002), Bull. Soc. Mycol. Fr., 118(3): 197, figs 1, 16A, pl. 1; Pegler (1977), A preliminary agaric flora of East Africa: 281, fig. 61/1; Zoberi (1972), Tropical macrofungi: 92, fig. 24; Zoberi (1973), Niger. Field 38: 82, pl. 1b.

 

Macroscopie – Chapeau 6-7(-8.5) cm diam., d’abord hémisphérique puis conique à fortement convexe, enfin plan, à perforatorium cylindro-conique, très différencié, souvent pointu au sommet, scrobiculé-ridé à tuberculeux-rugueux, dur; marge incurvée, sinueuse, finalement réfléchie, non ou à peine striée radialement; revêtement séparable jusqu’à la base du mamelon, marron très foncé [9F4] surtout au centre, ponctué de pustules farineuses concentriques fugaces, perforatorium brun foncé à brun noir. Pied 10 ´ 0.7-1.2 cm, cylindracé, fibreux, plein, blanc, légèrement renflé et marqué de bourrelets farineux au niveau du collet, se prolongeant en pseudorhize cylindrique, très fragile, blanc pur; anneau fugace, subsistant sur le pied sous forme de débris appendiculés, blanc. Lamelles sublibres, échancrées, serrées, assez larges, minces, blanc carné sale; lamellules en deux séries; arête entière, concolore. Chair ferme, cassante, blanche. Odeur agréable de levain. Goût agréable de noisette. Sporée crème incarnat.

 

Microscopie – Basides clavées, 4-spores, 20-28 ´ 6-7.5 μm. Cheilo- et  Pleurocystides similaires, largement clavées à utriformes pédonculées. Spores ellipsoïdes, (4.8-)5.1-5.8-6.6(-6.8) ´ (2.7-)2.8-3.2-3.7(-3.9) μm, Q = (1.44-)1.49-1.80-2.11(-2.30). Anses d’anastomose absentes.

 

Ecologie – Symbiotique, obligatoirement associé aux termites, sur termitière hypogée; forêt dense sèche, plantation.

 

Distribution géographique connue – Cameroun (Mossebo et al., 2002), R. Centrafricaine (Heim, 1963), R. Congo (Heim, 1952, 1958, 1977), R.D. Congo (Heim, 1951, 1958, 1977), Gabon (Eyi, 2009; Eyi & Degreef, 2010; Eyi et al., 2011), Guinée (Heim, 1941, 1942, 1952, 1958, 1977), Nigeria (Oso, 1975; Zoberi, 1972, 1973), Zanzibar (Pegler, 1977, ut T. mammiformis f. albus).

 

Notes – Cette espèce est immédiatement et très facilement reconnaissable à son perforatorium hautement individualisé et scrobiculé, à l’inverse de celui de Termitomyces robustus qui est moins démarqué voire en continuité avec le profil du chapeau.


Cliquez sur la carte de distribution pour visualiser les métadonnées des spécimens