Russula phaeocephala Buyck

Bull. Jard. Bot. Nat. Belg. 59(1-2): 246 (1989)

Références illustrées: Buyck 1993, Flore Illustrée des Champignons d’Afrique Centrale 15: 359, fig. 223, pl. 58/2; De Kesel et al. (2017), Champ. comestibles du Haut-Katanga, ABCTaxa 17: 203, fig. 103; Härkönen et al. (1993): 43, fig. 22.

 

Macroscopie  Sporophores isolés, parfois grégaires. Chapeau 90-250 mm diam., d'abord convexe, puis étalé, à centre déprimé-ombiliqué; revêtement lisse, sec, non séparable, tomenteux, grossièrement crevassé avec l’âge, brun foncé à brun ocre (5E5-5F3-4); marge incurvée, lisse, non striée. Pied massif, central, 55-80 × 20-50 mm, droit, subcylindrique, blanchâtre, sali de brun avec l’âge, immuable ou brun vers le bas, plein, sans anneau; surface lisse, sèche, souvent vermoulue. Lamelles assez espacées, adnées, inégales, cassantes, 12-15 mm de large, blanchâtres; arête entière, noircissant au froissement. Chair compacte, non-fibreuse, blanche, rougissante, puis noircissante. Odeur fongique à fermentée. Goût doux. Sporée blanchâtre.

 

Microscopie – Spores (7,2-)7,2-7,8-8,5(-8,4) × (6,2-)6-6,7-7,5(-7,9) µm, Q = (1,04-)1,03-1,16-1,29(-1,26), ellipsoïdes, à réseau amyloïde incomplet. Basides subclavées, 40-50 × 9-10(11) µm, 4-spores. Cystides 80-100 × 6-7 µm, très étroites cylindracées. Anses d'anastomose absentes.

 

Ecologie – Ectomycorrhizien, associé à Brachystegia spiciformis, Marquesia macroura; miombo.

 

Distribution géographique connue – Région zambézienne. Burundi (Buyck, 1993), R.D. Congo (De Kesel et al., 2017)Tanzanie (Härkönen et al., 1993).

 

Note – Russula phaeocephala ressemble à R. afronigricans (Buyck, 1989; Eyi et al., 2011), une espèce typique des forêts denses humides. Elle appartient au même groupe des grandes russules rougissantes-noircissantes (Sect. Nigricantes), mais possède des spores un peu plus allongées.


Cliquez sur la carte de distribution pour visualiser les métadonnées des spécimens