Pleurotus tuber-regium (Rumph. ex Fr.) Singer                                             Lilloa 22: 271 (1951)             

 

Synonymes:

Agaricus tuber-regium Fr., Syst. Mycol. (Lundae) 1: 174 (1821); Lentinutuber-regium (Fr.) Fr.Syn. Generis Lentinus 3 (1836)

 

Références illustrées:  Buyck (1994) (ut Lentinus tuberregium), Ubwoba: 55, fig. 29; De Kesel et al. (2002) (ut Lentinus tuberregium), Guide champ. com. Bénin: 198, photo 51; De Kesel et al. (2017), Champ. comestibles du Haut-Katanga, ABCTaxa 17: 192, fig. 96; Eyi et al. (2011), Champignons comestibles des forêts denses d’Afrique centrale, ABC Taxa 10: 173, figs 122-124; Härkönen et al. (2003) (ut Lentinus tuber-regium), Tanzanian mushrooms: 124, fig. 131; Härkönen et al. (2015), Zambian mushrooms and mycology: 158, fig. 221; Heim (1935) (ut Lentinus tuber-regium), Arch. Mus. Nat. Hist. Nat., sér. 6, 12: 553; Oso (1977b), Mycologia 69: figs 1-6; Pegler (1972) (ut Lentinus tuber-regium), Flore Ill. Champ. Afr. Cent. 1: 15, pl. 3, fig. 1 & pl. 4, fig. 3; Pegler (1977) (ut Lentinus tuber-regium), A preliminary agaric flora of East Africa: 35, fig. 6; Pegler (1983) (ut Lentinus tuber-regium), The genus Lentinus, Kew Bull., Add. Ser. 10: 193, fig. 53; Ryvarden et al. (1994) (ut Lentinus tuber-regium), Introd. Larger Fungi S. Centr. Afr.: 145 + fig.; Zoberi (1972), Tropical macrofungi: 57, fig. 6; Zoberi (1973), Niger. Field 38: 88, pl. 2b.

 

Macroscopie  Sporophores solitaires ou grégaires, naissant d’un sclérote souterrain. Chapeau 3-25 cm diam., infundibuliforme, déprimé au centre, charnu, flexible, coriace avec l’âge; marge entière, aiguë, incurvée puis infléchie, parfois courtement incisée à laciniée, subtilement garnie de restes de voile à l’état jeune; revêtement sec, d’abord muni d’un tomentum floconneux détersile, puis lisse, mat, gris blanchâtre, rarement brun clair à ocracé, à petites squamules innées, apprimées, concentriques, concolores ou plus foncées (6D4) au centre. Pied 3-15 × 0,7-3,5 cm, central parfois excentrique, épais, robuste, cylindrique, modérément élargi à la base, plein, concolore au chapeau, furfuracé à tomenteux ou subsquamuleux à villeux-tomenteux à la partie naissant du sclérote. Sclérote souterrain, volumineux, de forme variable, le plus souvent globuleux 5-25(-30) cm diam., plein, à croûte gris-brun à brun foncé à l’extérieur; chair blanche à l’intérieur, granuleuse. Lamelles profondément décurrentes, sublinéaires à très étroites (0,4-1,5 mm haut), très serrées (L+l: 17/cm), irrégulièrement bifurquées, parfois interveinées près du pied, blanchâtres à crème (4A4) puis concolores au chapeau, lamellules nombreuses en séries régulières (6/lamelle); arête entière, concolore, devenant plus foncée avec l’âge. Chair ferme, fibreuse dans le pied, épaisse au centre du chapeau, beaucoup plus mince et coriace vers la marge, blanchâtre. Odeur relativement forte, acidulée. Goût doux, agréable. Sporée blanche.

 

Microscopie  Spores hyalines, cylindriques, (6,9-)6,9-8,1-9,4(-9,7) × (3-)3,3-3,7-4,1(-4,1) µm, Q = (1,88-)1,82-2,2-2,58(-2,71). Basides 28-36 × 7-8 μm, clavées, 4-spores. Cheilocystides nombreuses, clavées à fusoïdes, souvent noduleuses, peu émergentes. Faisceaux d’hyphes absents. Système d’hyphes monomitique devenant dimitique. Anses d’anastomose présentes.

 

Ecologie – Saprotrophe, sur le sol ou sur souche très décomposée; forêt dense humide, forêt claire, miombo, savane, plantation, jardin.

 

Distribution géographique connuePaléotropical. Bénin (De Kesel et al., 2002, ut Lentinus tuber-regium), Burundi (Buyck, 1994a, ut Lentinus tuber-regium; Degreef et al., 2016), Cameroun (Douanla-Meli, 2007ut Lentinus tuber-regium; Pegler, 1977ut Lentinus tuber-regium; van Dijk et al., 2003), R. Congo (Pegler, 1983ut Lentinus tuber-regium), R.D. Congo (De Kesel et al., 2017; Pegler, 1972, 1983ut Lentinus tuber-regium), Côte d’Ivoire (Pegler, 1983ut Lentinus tuber-regium), Gabon (Eyi 2009ut Lentinus tuber-regium; Eyi & Degreef, 2010ut Lentinus tuber-regium; Eyi et al., 2011), Ghana (Pegler, 1983ut Lentinus tuber-regium), Guinée (Pegler, 1983ut Lentinus tuber-regium), Kenya (Pegler, 1968, 1983ut Lentinus tuber-regium; Pegler & Rayner, 1969), Liberia (Pegler, 1983ut Lentinus tuber-regium), Madagascar (Heim, 1935ut Lentinus tuber-regium; Pegler, 1983ut Lentinus tuber-regium), Nigeria (Oso, 1975, 1977ut Lentinus tuber-regium; Pegler, 1977, 1983ut Lentinus tuber-regium; Zoberi, 1972, 1973), Ouganda (Pegler, 1977, 1983ut Lentinus tuber-regium), Sierra Leone (Pegler, 1983ut Lentinus tuber-regium), Tanzanie (Härkönen et al., 2003ut Lentinus tuber-regium; Pegler, 1983ut Lentinus tuber-regium), Tchad (Pegler, 1983ut Lentinus tuber-regium), Zambie (Härkönen et al., 2015; Pegler, 1983ut Lentinus tuber-regium), Zanzibar (Pegler, 1977, 1983ut Lentinus tuber-regium), Zimbabwe (Pegler, 1983ut Lentinus tuber-regium).

 

Notes – Pleurotus tuber-regium est très facilement reconnaissable à ses grands sporophores à pied distinctement tomenteux, toujours émergents d’un sclérote généralement souterrain, globuleux et de grande taille.

 

Bien que le rattachement de cette espèce au genre Pleurotus (Singer, 1961) ait été confirmé par les études moléculaires de Hitoshi & Takao (1995) et plus récemment de Njouonkou (2011), de nombreux auteurs (dont Zmitrovich & Kovalenko, 2016) persistent à la maintenir sous Lentinus tuber-regium.

 

Outre les qualités alimentaires du sporophore, la poudre du sclérote est utilisée en médecine traditionnelle dans de nombreux pays d’Afrique, notamment pour traiter l’anémie, les maux d’estomac et l’hypertension. Un compte rendu ethnographique est donné dans Baeke (2005). Au Nigéria, l’utilisation de cette espèce est très bien documentée (Oso, 1977) et des tests de culture ont été effectués en conditions contrôlées (Isikhuemhen & Okhuoya, 1995, 1996; Isikhuemhen et al., 1999, 2000; Okhuoya et al., 1998).

 


Cliquez sur la carte de distribution pour visualiser les métadonnées des spécimens