Macrolepiota procera (Scop.) Sing.

Pap. Michig. Acad. Sc. Arts Lett. 32: 141 (1948)

 

Synonyme:

Agaricus procerus Scop., Fl. carniol., Edn 2 (Wien) 2: 418 (1772).

 

Références illustrées:

Beeli (1936b), Fl. Icon. Champ. Congo 2: 30, pl. 5, fig. 1; Eyi Ndong et al. (2011), Champignons comestibles des forêts denses d’Afrique centrale, ABCTaxa 10 : 156, fig. 110; Heinemann (1969), Bull. Jard. Bot. Nat. Belg. 39: 203, fig. 1; Heinemann (1970), Fl. Icon. Champ. Congo 17: 333, pl. 54, fig. 1; Malaisse et al. (2008), Geo-Eco-Trop. 28: 4, pl. 3, fig. c, pl. 4, figs a & b; Pegler (1977), A preliminary agaric flora of East Africa: 307, fig. 66/1.

 

Macroscopie – Solitaire. Chapeau 10-20(-30) cm diam., charnu, globuleux puis convexe campanulé, devenant plan, à mamelon central; revêtement sec, brun foncé, uniforme, se rompant rapidement, sauf au centre, en grandes squames sur fond plus clair; marge droite, finalement grossièrement fissurée, incisée. Pied 8-20(-35) x 1-2 cm, séparable, central, cylindrique, droit, à base bulbeuse bien délimitée (-3.5 cm de diamètre), fibreux, fistuleux; revêtement lisse, d’abord glabre, brun foncé, puis finement et régulièrement moiré en bandes transversales sur fond brun pâle; anneau coulissant, membraneux, complexe, blanc au-dessus, brun en dessous. Lamelles libres, collariées, très serrées, blanc crème, larges (-1 cm de haut), lamellules en séries subrégulières (3/lamelle), concolores. Chair épaisse (-1 cm au disque), ferme, blanche, immuable. Odeur faible. Sporée blanc crème.

 

Microscopie – Basides 40-45 x 12-15(-20) µm, piriformes, 4-spores. Cheilocystides polymorphes (piriformes, lagéniformes ou cylindriques). Spores lisses, ellipsoïdes, hyalines, à paroi épaisse, pore germinatif distinct, (13.4-)13.1-15.2-17.3(-17.3) x (7.8-)8.2-9.7-11.2(-11.5) µm, Q = (1.37-)1.37-1.56-1.75(-1.87). Anses d’anastomose présentes mais difficiles à observer.

 

Ecologie – Saprotrophe, sur le sol; forêt dense humide, forêt dense sèche, forêt galerie, forêt claire, savane.

 

Distribution géographique connue – Cosmopolite. R. Centrafricaine (Malaisse et al., 2008), R.D. Congo (Beeli, 1927a, 1936a,b; Degreef et al., 1997; De Kesel & Malaisse, 2010; Heinemann, 1969, 1970; Malaisse, 1997), Gabon (Eyi Ndong et al., 2011), Tanzanie (Pegler, 1977), Zambie (Pegler & Piearce, 1980).

 

Notes – En Afrique tropicale, un risque de confusion existe avec Macrolepiota africana. Celle-ci en diffère néanmoins microscopiquement entre autres par la présence d’éléments terminaux typiquement allongés et pointus dans le revêtement piléique alors que ces éléments sont cloisonnés et arrondis chez M. procera (Pegler (1977), A preliminary agaric flora of East Africa: 305, fig. 66).


Cliquez sur la carte de distribution pour visualiser les métadonnées des spécimens