Lentinus squarrosulus Mont.

Ann. Sci. Nat., Bot., Sér. 2, 18: 21 (1842)

 

Synonymes:

Pleurotus squarrosulus (Mont.) Singer, Sydowia 15: 45 (1962); Pleurotus squarrosulus (Mont.) Singer ex Pegler, Kew Bull. 23: 235 (1969).

 

Références illustrées: De Kesel et al. (2002), Guide champ. com. Bénin: 196, photo 50; De Kesel et al. (2017), Champ. comestibles du Haut-Katanga, ABCTaxa 17: 159, figs 80 & 81; Eyi et al. (2011), Champignons comestibles des forêts denses d’Afrique centrale, ABCTaxa 10: 148, figs 105 & 106;  Pegler (1969), Kew Bull. 23: 235, fig. 5/2 (ut Pleurotus squarrosulus); Pegler (1972), Fl. Ill. Champ. Afr. Cent. 1: 13, pl. 3, fig. 2 & pl. 4, fig. 4; Pegler (1977), A preliminary agaric flora of East Africa, Kew Bull. Add. Ser. 6 34, fig 6; Pegler (1983), The genus Lentinus, Kew Bull., Add. Ser. 10: 69, fig. 18; Ryvarden et al. (1994) (ut L. cladopus), Introd. Larger Fungi S. Centr. Afr.: 144 + fig.; Sharp (2014), A pocket guide to mushrooms in Zimbabwe, Vol. 2: 75 + fig.Zoberi (1972), Tropical macrofungi: 57, fig. 5 (ut Pleurotus squarrosulus); Zoberi (1973), Niger. Field 38: 86, pl. 2c (ut Pleurotus squarrosulus).

 

Macroscopie – Sporophores en touffes sur bois mort. Chapeau 2-9(-10) cm diam., d’abord convexe et étroitement déprimé au centre, puis infundibuliforme, charnu, flexible, coriace avec l’âge, cassant à l’état sec; marge entière, incurvée puis infléchie, droite et lobée, aiguë, devenant érodée déchiquetée, sans voile; revêtement blanc crème ou fauve, parfois ocracé, brun clair, sec, radialement strié, squameux à squarreux, squames innées à décollées, concentriques, concolores ou brunâtres, parfois entièrement lavées par la pluie. Pied 1-6(-7) × (0,2-)0,5-1,2 cm, central, excentrique ou sublatéral, groupés à la base, cylindrique, atténué vers le bas, courbé, plein, blanc, parfois taché de brun à la base, irrégulièrement squarreux à l’état jeune, devenant parfois glabre ou sublisse, sans anneau. Lamelles décurrentes, arquées, serrées, inégales, minces, étroites (2-3 mm haut), rarement fourchues, légèrement interveinées à la base, lamellules en séries subrégulières (3-4/lamelle), blanches puis blanchâtre-crème; arête irrégulièrement denticulée, concolore. Chair fibreuse, élastique dans le chapeau, coriace et dure dans le pied, blanche à crème. Odeur relativement forte, agréable. Goût doux, agréable, parfois légèrement piquant. Sporée blanc-crème à blanc jaunâtre.

 

Microscopie – Spores cylindriques, hyalines, (4,6-)4,5-5,2-6(-6,5) × (2,5-)2,5-3-3,5(-3,5) µm, Q = (1,55-)1,5-1,73-1,96(-2). Basides 15-20(-25) × 4-5(-7) μm, clavées, 4-spores. Arête des lamelles stérile, parfois à hyphes squelettiques noduleux émergents. Cheilocystides sinueuses, cylindrico-clavées. Système d’hyphes d’abord monomitique, puis dimitique. Anses d'anastomose présentes.

 

Ecologie – Saprotrophe, sur bois mort; forêt dense humide, forêt claire, miombo, savane, plantation.

 

Distribution géographique connue – Paléotropical. Annobón (Pegler, 1969, ut Pleurotus squarrosulus), Bénin (De Kesel et al., 2002), Cameroun (Douanla-Meli, 2007; van Dijk et al., 2003), R. Centrafricaine (Malaisse et al., 2008; Pegler, 1983), R.D. Congo (De Kesel & Malaisse, 2010; De Kesel et al., 2017; Dibaluka Mpulusu et al., 2010; Malaisse, 1997; Pegler, 1972, 1977, 1983), Côte d’Ivoire (Pegler, 1969, ut Pleurotus squarrosulus, 1983; Zoberi, 1972, ut Pleurotus squarrosulus), Ethiopie (Pegler, 1983), Gabon (Eyi, 2009; Eyi & Degreef, 2010; Eyi et al., 2011), Ghana (Pegler, 1969, ut Pleurotus squarrosulus, 1983; Zoberi, 1972, ut Pleurotus squarrosulus), Kenya (Pegler, 1977, 1983), Madagascar (Pegler, 1983), Malawi (Morris, 1990; Pegler, 1983), Mali, Nigeria (Pegler, 1969, ut Pleurotus squarrosulus, 1983; Oso, 1975, ut Pleurotus squarrosulus; Zoberi, 1972, 1973, ut Pleurotus squarrosulus), Somalie (Pegler, 1983), Tanzanie (Pegler, 1977, 1983), Togo, Zambie (Pegler, 1983).

 

Notes – Lentinus squarrosulus peut être confondu avec L. cladopus dont le chapeau est entièrement lisse et les spores moins allongées. Le matériel du Haut-Katanga combine parfois le chapeau squameux de Lentinus squarrosulus et les spores de L. cladopus (toujours à Q < 2). A l’instar de Corner (1981) qui considère Lentinus cladopus comme un L. squarrosulus lavé par la pluie, nous attachons peu d’importance à la forme des spores et proposons de reconsidérer l’existence de ces deux espèces très proches.

La confusion est aussi possible avec certains pleurotes, notamment Pleurotus pulmonarius qui n’a cependant pas de squames sur le chapeau et dont les lames sont décurrentes jusqu’à la base du pied, par ailleurs très court.

 


Cliquez sur la carte de distribution pour visualiser les métadonnées des spécimens