Lactifluus rubroviolascens (R. Heim) Verbeken

Mycotaxon 120: 447 (2012)

 

Synonyme:

Lactarius rubroviolascens R. Heim, Candollea 7: 377 (1938).

 

Références illustrées: De Kesel et al. (2017), Champ. comestibles du Haut-Katanga, ABCTaxa 17: 154, fig. 78; Heim (1938) (ut Lactarius rubroviolascens), Prodr. Fl. Mycol. Madagascar 1: 46-49, pl. 1c; Verbeken & Walleyn (2010) (ut Lactarius rubroviolascens), Fungus Fl. Trop. Afr. 2: 70, Pl. 19.32; Eyi et al. (2011) (ut Lactarius rubroviolascens), Champignons comestibles des forêts denses d’Afrique centrale, ABC Taxa 10: 48, fig. 38.

 

Macroscopie  Sporophores isolés. Chapeau 50-70 mm diam., charnu, convexe à déprimé, puis plano-convexe à infundibuliforme ou irrégulier; revêtement sec, mat, tomenteux à subpruineux, puis finement rimuleux à lisse, entièrement orange brunâtre (6-7C5-7), plus pâle et plus jaune-orange vers la marge (5AB3-5), plus vif par temps humide, typiquement taché de rouge puis noirâtre par manipulation; marge incurvée à infléchie, puis droite, lisse à rimuleuse-crénelée. Pied central, 30-40 × 15-25 mm, cylindrique, assez trapu, atténué vers le bas, sec, sub-velouté, puis lisse, plein, sans anneau, généralement plus pâle que le chapeau, jaune orange (5AB3-5), blanchâtre à la base. Lamelles adnées à subdécurrentes, inégales, assez épaisses, cassantes, 5-7 mm de large, blanc-jaunâtre (3A2-3), largement tachées de rouge violet-noir à maturité; lamellules 1-2/lame en 2 séries régulières; arête lisse (entière), concolore ou un peu plus orange. Contexte ferme, blanc, orangé en-dessous des revêtements, rougissant à noircissant dans le chapeau, moins dans le pied. Odeur fongique un peu résineuse. Goût doux. Latex aqueux-blanc, abondant (frais), devenant rouge puis noir-violet au contact de l’air. Sporée blanche.

 

Microscopie – Spores subglobuleuses à ellipsoïdes, (8,8-)8,8-9,9-10,9(-11) × (6,7-)7-7,9-8,8(-9,4) µm, Q = (1,14-)1,13-1,24-1,35(-1,36), à ornementation amyloïde mais quasiment nulle. Basides subclavées, 45-65 × 8-10 µm, 4-spores. Pleurocystides abondantes, très grandes (100 µm), à paroi épaisse (lamprocystides), pleuropseudocystides rares. Cheilocystides rares, à paroi épaisse. Revêtement piléique de type trichoderme à palissadoderme. Anses d'anastomose absentes.

 

Ecologie Ectomycorrhizien, à amplitude écologique assez large, sans doute capable d’association avec des Caesalpiniaceae, Phyllanthaceae et Dipterocarpaceae; forêt dense humide, forêt dense sèche (muhulu), forêt claire, miombo associé à Marquesia macrourasavane arborée associé à Uapaca kirkiana et U. pilosa.

 

Distribution géographique connue – Bénin (Verbeken & Walleyn, 2010, ut Lactarius rubroviolascens), Cameroun (Verbeken & Walleyn, 2010, ut Lactarius rubroviolascens), R.D. Congo (De Kesel et al., 2017), Kenya, Madagascar (Zeller, 1982), Malawi (Verbeken & Walleyn, 2010, ut Lactarius rubroviolascens), Zambie (Verbeken & Walleyn, 2010, ut Lactarius rubroviolascens).

 

Note  Lactifluus rubroviolascens est facile à identifier grâce à sa couleur brun orange, son latex aqueux et les taches rouges, virant rapidement au noir, qui apparaissent à la blessure.


Cliquez sur la carte de distribution pour visualiser les métadonnées des spécimens