Lactifluus gymnocarpoides (Verbeken) Verbeken

Mycotaxon 120: 447 (2012)

 

Synonyme:

Lactarius gymnocarpoides Verbeken, Mycotaxon 55: 530 (1995).

Références illustrées: De Kesel et al. (2002) (ut Lactarius gymnocarpoides), Guide des champignons comestibles du Bénin: 164, fig. 31; De Kesel et al. (2017), Champ. comestibles du Haut-Katanga, ABCTaxa 17: 140, figs 70 & 71; Härkonen et al. (2003) (ut Lactarius gymnocarpoides), Tanzanian mushrooms: 85, figs 31 & 90; Härkönen et al. (2015) (ut Lactarius gymnocarpoides), Zambian Mushrooms and Mycology: 113, figs 155 & 156; Karhula et al. (1998) (ut Lactarius gymnocarpoides), Karstenia 38: fig. 5; Sharp (2014), A pocket guide to mushrooms in Zimbabwe, Vol. 2: 25 + fig.; Verbeken & Walleyn (2010) (ut Lactarius gymnocarpoides), Fungus Fl. Trop. Afr. 2: 73, Pl. 21.34.

 

Macroscopie  Sporophores grégaires ou isolés. Chapeau 45-90 mm diam., convexe, puis plano-convexe à étalé, déprimé, parfois sub-infundibuliforme; revêtement sec, mat, lisse, puis entièrement rimuleux, pruineux-poudré de blanc, entièrement orange (5-6A4-5), puis plus clair (5-6A2); marge incurvée à infléchie, concentriquement rimuleuse, rarement fissurée, finalement irrégulière. Pied central, 30-58 × 10-22 mm, droit, cylindrique à atténué vers le bas, sec, subvelouté, puis lisse, plein à fistuleux, sans anneau, blanc-jaunâtre (4A2-4) ou plus orange (5A2-4). Lamelles espacées (5-8 L+l/cm), décurrentes, inégales, parfois bifurquées, relativement épaisses, cassantes, 3-5(-6) mm large, sub-veinées avec l’âge, blanc-jaunâtre (3-4A2-3), souvent concolores ou un peu plus claires que le pied; lamellules 1-2/lame en séries régulières; arête lisse (entière), concolore. Contexte ferme, presque blanc, immuable. Odeur fongique forte. Goût doux ou faiblement amer (de résine). Latex blanc, abondant (frais), un peu amer, immuable. Sporée blanche.

 

Microscopie – Spores subglobuleuses à ellipsoïdes, (7,2-)7,1-8,4-9,6(-9,6) × (5,6-)5,6-6,5-7,3(-7,3) µm, Q = (1,11-)1,12-1,29-1,46(-1,41), à ornementation amyloïde, composée d'un réseau presque complet à faibles crêtes. Basides clavées, 45-65 × 7-10 µm, 4-spores. Pleurocystides abondantes, à paroi épaissie (type lamprocystides), pleuropseudocystides présentes. Cheilocystides rares, arête fertile. Revêtement piléique de type lampropallisade. Anses d'anastomose absentes.

 

Ecologie Ectomycorrhizien, à large amplitude écologique, associé à des Caesalpiniaceae (BrachystegiaJulbernardiaIsoberliniaBerlinia) et Phyllanthaceae (Uapaca); forêt claire, miombo.

 

Distribution géographique connue – Bénin (De Kesel et al., 2002, ut Lactarius gymnocarpoides)Burkina Faso (Yorou et al., 2014)Burundi (Verbeken & Walleyn, 2010, ut Lactarius gymnocarpoides), R.D. Congo (Verbeken & Walleyn, 2010, ut Lactarius gymnocarpoides; De Kesel et al., 2017)Côte-d’Ivoire (Yorou et al., 2014)Guinée (Verbeken & Walleyn, 2010, ut Lactarius gymnocarpoides), Kenya, Madagascar (Verbeken & Walleyn, 2010, ut Lactarius gymnocarpoides), Malawi (Karhula et al., 1998, ut Lactarius gymnocarpoides), Sénégal (Verbeken & Walleyn, 2010, ut Lactarius gymnocarpoides), Tanzanie (Härkonen et al., 2003ut Lactarius gymnocarpoides)Togo (Yorou et al., 2014), Zambie (Härkönen et al.2015, ut Lactarius gymnocarpoides), Zimbabwe (Verbeken & Walleyn, 2010, ut Lactarius gymnocarpoidesSharp, 2014).

 

Notes  Lactifluus gymnocarpoides est proche macroscopiquement de L. gymnocarpus qui se caractérise par des lamelles larges, espacées, longuement décurrentes, blanchâtres et quasiment toujours tachées de brun. La transition de couleur de l’hyménophore (blanchâtre) vers celle du pied (orange à brun orange) est brusque et très nette chez Lactifluus gymnocarpus et le latex blanc devient lentement brun ocracé. A l’inverse, chez Lactifluus gymnocarpoides, le haut du pied et les lamelles sont presque concolores et le latex est immuable. Notons que l’exemplaire zambien de Lactifluus gymnocarpoides illustré dans Härkönen et al. (2015: 113, fig. 155) présente des lamelles tachées de brun et s’apparente à L. gymnocarpus.

 

Dans les formations à Uapaca, Lactifluus gymnocarpoides côtoie deux espèces voisines également comestibles: L. longisporus qui est de plus petite taille et à pied entièrement blanc, et L. pumilus encore plus petit (ne dépassant guère 30 mm diam.).

 

Lactifluus gymnocarpoides a un goût amer et, dans beaucoup de pays, les populations locales utilisent des techniques diverses pour éliminer ce goût (Karhula et al. 1998; De Kesel et al. 2002).


Cliquez sur la carte de distribution pour visualiser les métadonnées des spécimens