Gyrodon miretipes Heinem. & Rammeloo

Bull. Jard. Bot. Nat. Belg. 53(1/2): 295 (1983)

 

Macroscopie – Sporophores isolés sur le sol. Chapeau 4-8 cm diam., assez trapu et irrégulier, étalé à centre déprimé; marge arrondie, étroitement débordante; revêtement velouté, brun rouge foncé. Pied 4-5 × 1,5 cm, central, cylindracé, plein; revêtement concolore au chapeau, nettement réticulé dans la moitié supérieure, à réseau très saillant par places; mycélium jaune, abondant, agglomérant le sol. Tubes courts (4 mm)décurrents, prolongés par le réseau, jaune ocracé; pores assez petits (~1 mm), peu réguliers, composés, concolores. Chair jaune. Odeur nulle. Goût faible, légèrement sucré. Sporée blanc-crème à blanc jaunâtre.

 

Microscopie – Spores longuement ellipsoïdes, brunâtres à contenu hyalin, 7,6-9,1-11,1 × 4,6-5,1-5,7 µm, Q = 1,59-1,79-2,08. Basides 30-34 × 9 μm, clavées à base cylindracée étroite, 4-spores. Arête des lamelles stérile, parfois à hyphes squelettiques noduleux émergents. Cheilocystides abondantes, cylindracées ou lancéoléesPleurocystides assez fréquentes, lancéolées obtuses, hyalines ou plus souvent à contenu jaunâtre guttulé. Anses d'anastomose absentes.

 

Ecologie – Ectomycorrhizien, associé à Brachystegia; forêt dense humide, miombo.

 

Distribution géographique connue – Angola, Burundi (Heinemann & Rammeloo, 1983).

 

Notes – Gyrodon miretipes ne diffère de G. xylophilus (Petch.) Heinem. & Rammeloo que par la présence de pleurocystides dont le contenu est concrétionné, jaune ou brun.

C'est un des rares bolets consommés en Afrique tropicale bien qu'à ce jour, sa consommation n'ait été signalée qu'en Angola.


Cliquez sur la carte de distribution pour visualiser les métadonnées des spécimens