Chlorophyllum hortense (Murrill) Vellinga

Mycotaxon 83: 416 (2002)

 

Synonymes (d’après Vellinga 2003a):

Lepiota hortensis Murrill, N. Amer. Fl. (New York) 10 (1): 59 (1917); Leucoagaricus hortensis (Murrill) Pegler, Kew Bull., Addit. Ser. 9: 414 (1983).

Lepiota humei Murrill, Lloydia 6: 220 (1943); Chlorophyllum humei (Murrill) Vellinga, Mycotaxon 83: 416 (2002).

Lepiota mammillata Murrill, Lloydia 6: 220 (1943); Chlorophyllum mammillatum (Murrill) Vellinga, Mycotaxon 83: 416 (2002).

Lepiota subfulvidisca Murrill, Lloydia 6: 221 (1943); Chlorophyllum subfulvidiscum (Murrill) Vellinga, Mycotaxon 83: 416 (2002).

Lepiota alborubescens Hongo, Mem. Fac. Educ. Shiga Univ., Nat. Sci. 12: 40 (1962); Macrolepiota alborubescens (Hongo) Hongo, Trans. Mycol. Soc. Japan 27(1): 107 (1986); Chlorophyllum alborubescens (Hongo) Vellinga, Mycotaxon 83: 416 (2002).

Leucoagaricus bisporus Heinem., Bull. Jard. Bot. natn. Belg. 43(1-2): 8 (1973).

 

Références illustrées: De Kesel et al. (2017), Champ. comestibles du Haut-Katanga, ABCTaxa 17: 109, fig. 54; Heinemann (1973), Flore Illustrée des Champignons d’Afrique Centrale 2: 33, fig. 3a-h, pl. 8/2 (spore).

 

Macroscopie – Sporophores grégaires ou fasciculés. Chapeau 7-10 cm diam.,  charnu au centre, jeune conico-campanulé, puis plano-convexe, peu ou faiblement mamelonné, sec, mat; revêtement brun clair (5-6C3), d’abord entier, sauf le centre se rompant en petites squamules, arrangées concentriquement sur fond blanchâtre; extrême marge du chapeau submembraneuse, striée. Lamelles libres, serrées, -1 cm large, blanches; arête lisse à subtilement poudreuse, concolore. Pied 80-90 × 4-8 mm, cylindrique, séparable du chapeau, le bas subbulbeux, surface blanchâtre crème dans le haut, gris brunâtre et fibrilleux vers la bas, brunissant au toucher, creux-moelleux; mycélium basal blanc; anneau plutôt large, mobile, simple, en entonnoir, blanc, à bord un peu épaissi. Chair blanche, rougissante, puis brunissant. Odeur faible. Goût doux. Sporée blanche.

 

Microscopie – Spores ellipsoïdes, lisses à paroi épaisse, sans pore germinatif, non-tronquées, (9,3-)9,4-10,5-11,7(-12,1) × (6-)6,1-6,9-7,6(-7,6) µm, Q = (1,34-)1,35-1,53-1,71(-1,71), inamyloïdes. Basides clavées, 2-spores, 20-30 × 6,5-8,5 μm. Cheilocystides abondantes, cylindriques à apex arrondi; revêtement piléique de type palissadoderme. Anses d'anastomose présentes, mais peu fréquentes.

 

Ecologie – Saprotrophe, souvent proche de végétaux en décomposition (compost, fumier, sciure); jardins, pelouses, champs, prairies.

 

Distribution géographique connue – R.D. Congo (Heinemann, 1968, 1973; De Kesel et al., 2017).

 

Comestibilité et appréciation – La présence dans certaines régions, notamment au Haut-Katanga (Heinemann, 1968, 1973), de son sosie toxique Chlorophyllum molybdites, nous incite à déconseiller de consommer C. hortense. 

 

Notes – Chlorophyllum hortense diffère de Chlorophyllum palaeotropicum par ses basides bisporiques (tétrasporiques chez C. palaeotropicum) et les squames de petite taille à la surface de son chapeau (squamules fibrilleuses chez C. palaeotropicum). Elle peut aussi être confondue avec Chlorophyllum globosum dont les spores sont amygdaliformes et pourvues d'un pore germinatif (apex tronqué) alors que C. hortense a des spores ellipsoïdes sans pore germinatif (apex arrondi).

Attention néanmoins car ces espèces peuvent être confondues avec leur sosie toxique, Chlorophyllum molybdites. A l’état jeune, la distinction est très difficile sur le terrain alors qu'à maturité, les trois taxons diffèrent par la couleur de leurs lamelles et de leurs spores (blanches chez C. hortense, blanc verdâtre à vert grisâtre chez C. palaeotropicum, blanc jaunâtre à verdâtre chez C. globosum, franchement vertes chez C. molybdites).

De nombreuses illustrations de Chlorophyllum molybdites sont disponibles dans la littérature (Heinemann, 1967: 323, pl. 52, ut C. molybdites var. congolense; Pegler, 1977: 303, fig. 65; Buyck, 1994: 21, fig. 11; van der Westhuizen & Eicker, 1994: 44-45; Härkönen et al., 2003: 78, fig. 81; Gryzenhout, 2010: 32 + fig.; Sharp, 2011: 64, fig.; Härkönen et al., 2015: 86, fig. 120; 108, fig. 149).


Cliquez sur la carte de distribution pour visualiser les métadonnées des spécimens