Cantharellus stramineus De Kesel

Cryptog. Mycol. 37(3): 310 (2016)

 

Références illustrées: De Kesel et al. (2016), Cryptog. Mycol. 37(3): 310, fig. 31; De Kesel et al. (2017), Champ. comestibles du Haut-Katanga, ABCTaxa 17: 100, fig. 49.

 

Macroscopie  Sporophores solitaires ou fasciculés, compacts et charnus. Chapeau (6-)8-12(-13) cm diam., convexe à plano-convexe, puis déprimé au centre, finalement infundibuliforme; surface grisâtre et poudreuse à l’état jeune, très rapidement jaune terne, jaune paille à jaune grisâtre (3-4B2-3), muni au centre de fines squamules orange brunâtre (5C4-6), graduellement plus petites vers l’extérieur; marge d’abord lobée, enroulée, devenant infléchie à droite, aiguë et ondulée, légèrement striée à maturité. Hyménophore modérément à profondément décurrent, à plis bien développés, de longueurs variables, fourchus, modérément à fortement interveinés, s'anastomosant au niveau du pied, presque blancs au début, devenant blanc jaunâtre (4A2), restant relativement pâles, jamais profondément orange. Pied (4-)5-8(-9) × 1,5-2,4 cm, concolore au chapeau, jaunissant-brunissant au froissement, entièrement couvert de minuscules squamules brun pâle, plus ou moins cylindriques, la partie basale souvent élargie, formant des sporophores latéraux, les spécimens vigoureux souvent radicants sur plusieurs centimètres. Mycélium basal blanc. Chair fibreuse, blanche dans le pied, jaune pâle (3A2-3) sous le revêtement piléique. Odeur forte et fruitée. Goût doux.

 

Microscopie – Spores ellipsoïdes (7,5-)7,6-8,9-10,1(-10,2) × (4,8-)4,9-5,7-6,5(-6,8) µm, Q = (1,36-)1,34-1,55-1,76(-1,77), hyalines, lisses. Basides 46-68 × 5,4-9,3 µm, étroitement clavées à subcylindriques, 4(-5)-spores. Cystides absentes. Anses d'anastomose présentes dans tous les tissus.

 

Ecologie Cantharellus stramineus est une espèce relativement rare et difficile à trouver en raison de ses couleurs ternes qui la confondent avec la litière. Les collections récentes de Cantharellus stramineus indiquent qu’elle pousse fréquemment sur sols gravillonnaires, à proximité de dalles latéritiques. On l’observe dans les miombos où domine Brachystegia wangermeeana auquel elle semble associée, mais aussi en codominance avec B. boehmii et B. longifolia.

 

Distribution géographique connue – R.D. Congo (Heinemann, 1966, ut C. rufopunctatus; De Kesel et al., 2017).

 

Notes – Cantharellus stramineus présente un port robuste et cespiteux, tout comme C. afrocibarius, C. defibulatus et C. mikemboensis. Bien qu’elles occupent différents types de miombo, les quatre espèces sont présentes dans la même zone géographique. Sur le terrain, Cantharellus afrocibarius, C. defibulatus et C. mikemboensis se distinguent de C. stramineus car elles présentent une couleur jaune-orange vive et des pieds quasiment lisses.

Par contre, il est très difficile de distinguer certains spécimens de Cantharellus miomboensis de C. stramineus. L’étude microscopique suffira pour démontrer que les deux taxons diffèrent au niveau de la forme des spores et des éléments du revêtement piléique et par la présence de boucles chez Cantharellus stramineus (De Kesel et al., 2016).


Cliquez sur la carte de distribution pour visualiser les métadonnées des spécimens