Cantharellus ruber Heinem.

Bull. Jard. bot. État Brux. 36: 341 (1966)

 

Références illustrées: Buyck (1994), Ubwoba: 99, figs 76 & 77; De Kesel et al. (2017), Champ. comestibles du Haut-Katanga, ABCTaxa 17: 96, fig. 46; Härkönen et al. (2003), Tanzanian mushrooms: 131, fig. 138; Malaisse (1997), Se nourrir en forêt claire africaine: 40, fig. 2.1.6; Nzigidahera (2007), Ress. biol. sauvages du Burundi, 30, fig. 28; Sharp (2014), A pocket guide to mushrooms in Zimbabwe, Vol. 2: 19 + fig.

Macroscopie  Sporophores isolés ou grégaires. Chapeau 4-7(-8) cm diam., convexe puis infundibuliforme, peu charnu; marge enroulée, puis incurvée, souvent sinueuse, parfois sillonnée, finalement étalée, aiguë; revêtement piléique non-séparable, lisse, légèrement graisseux par temps humide sinon sec, mat, rose-rougeâtre à orangé (6-7AB6-7), devenant graduellement rouge pastel à rosâtre (7A3-5) avec l’âge. Pied (2-)3-4(-5) × (0,5-)0,8-1,2(-1,4), droit ou légèrement courbé, subcylindrique, parfois fortement atténué vers la base, plein, sec, mat, concolore au chapeau, blanchâtre à la base, légèrement orangé dans sa partie supérieure. Hyménophore décurrent, formé de larges plis espacés, (4-)5-10/cm (marge), fréquemment bifurqués, très fortement interveinés, concolore ou un peu plus pâle que le chapeau, arête entière et concolore. Chair blanchâtre, parfois rosâtre-brun au froissement, assez fibreuse dans le pied. Odeur agréable, fruitée. Goût doux et agréable. Sporée très claire.

Microscopie – Spores (7,1-)7-7,9-8,7(-8,9) × (4,1-)4-4,7-5,3(-5,5) µm, Q = (1,44-)1,44-1,69-1,94(-1,99), lisses, ellipsoïdes. Basides 4(-6)-spores, 45-55 × 7-8 µm, clavées. Cystides absentes. Anses d'anastomose abondantes.

 

Ecologie Ectomycorrhizien, associé à Marquesia macroura, Julbernardia, Brachystegia; miombo. 

 

Distribution géographique connue – Burundi (Buyck, 1994; Nzigidahera, 2007), R.D. Congo (Degreef et al., 1997; Malaisse, 1997; De Kesel & Malaisse, 2010; De Kesel et al., 2017), Tanzanie (Härkönen et al., 2003), Zimbabwe (Sharp, 2014).

 

Note  Cantharellus ruber est facilement reconnaissable à sa couleur rouge qu’elle partage avec C. addaiensis, une espèce beaucoup plus petite et dont les lamelles ne sont ni espacées ni interveinées.


Cliquez sur la carte de distribution pour visualiser les métadonnées des spécimens