Cantharellus congolensis Beeli

Bull. Soc. Roy. Bot. Belg. 61: 99 (1928)

 

Références illustrées: Buyck (1994), Ubwoba: 86, fig. 60; De Kesel et al. (2002), Guide champ. com. Bénin: 128, photo 17; De Kesel et al. (2017), Champ. comestibles du Haut-Katanga, ABCTaxa 17: 78, fig. 33Eyi et al. (2011), Champignons comestibles des forêts denses d’Afrique centraleABCTaxa 10: 98, figs 72 & 73; Härkönen et al. (2003), Tanzanian mushrooms: 127, fig. 134; Ryvarden et al. (1994), Introd. Larger Fungi S. Centr. Afr.: 113 + fig.; Sharp (2011), A Pocket guide to mushrooms in Zimbabwe, Vol. 1: 50 + fig.; Yorou & De Kesel (2011), Liste Rouge champ. sup. Bénin: 53, fig. 5.3.

 

Macroscopie  Chapeau 4-7 cm diam., charnu, convexe à centre déprimé puis concave; marge d'abord arrondie ou même légèrement enroulée puis droite et grossièrement lobée; revêtement piléique non séparable, rugueux, légèrement tomenteux, sec, faiblement zoné, brun clair à grisâtre (5D4), devenant noir avec l'âge et au froissement. Pied central ou rarement subcentral, 5 × 1 cm, droit ou légèrement courbé, cylindrique, souvent atténué vers la base, sec, mat, légèrement tomenteux, jaune pâle (4A2) à l'état jeune devenant noir avec l'âge. Hyménophore longuement décurrent, formé de plis serrés, bifurqués ou irrégulièrement ramifiés, fortement interveinés et formant une zone poroïde au niveau supérieur du pied, d'abord de couleur grisâtre avec des nuances rouges (7B2), puis noircissant entièrement. Chair plutôt ferme dans le pied, pâle, devenant rapidement rosée, puis noire à l'état adulte ou à la coupe. Goût fort et agréable; odeur agréable, fruitée. Sporée claire.

 

Microscopie – Spores (6,3-)6,3-6,9-7,5(-7,7) × (3,9-)3,9-4,5-5,2(-5,6) µm, Q = (1,27-)1,3-1,52-1,74(-1,85), ellipsoïdes. Anses d'anastomose présentes.

 

Ecologie  Ectomycorrhizien, associé aux Caesalpiniaceae, notamment au genre Julbernardia; forêt dense humide, forêt claire, miombo. 

 

Distribution géographique connue – Bénin (De Kesel et al., 2002; Yorou & De Kesel, 2011), Burundi (Buyck, 1994), Cameroun, R.D. Congo (Degreef et al. 1997; De Kesel et al., 2017; Heinemann 1959; Parent & Thoen 1977), Gabon (Eyi et al., 2011), Malawi (Morris 1987; Morris 1990; Williamson 1975), Tanzanie (Härkönen et al., 2003), Togo, Zambie (Härkönen et al., 2015), Zimbabwe (Ryvarden et al., 1994; Sharp, 2011).

 

Note – Bien que Cantharellus congolensis semble bien avoir une large distribution en Afrique tropicale, il s’agit probablement d’un complexe d’espèces morphologiquement très similaires mais qui diffèrent génétiquement. Le matériel de Cantharellus congolensis des forêts denses humides est ainsi différent de celui des miombo de région zambézienne, plutôt proche de l'espèce malgache Cantharellus nigrescens Buyck, Randrianj. & V. Hofst.


Cliquez sur la carte de distribution pour visualiser les métadonnées des spécimens