Cantharellus addaiensis Henn.

Hedwigia 37: 286 (1898)

Références illustrées: De Kesel et al. (2017), Champ. comestibles du Haut-Katanga, ABC Taxa 17: 74, fig. 31Härkönen et al. (2003), Tanzanian mushrooms: 127, fig. 135 (ut C. cf. floridula); Härkönen et al. (2015), Zambian mushrooms and mycology: 150, fig. 209; Ryvarden et al. (1994) (ut C. miniatescens), Introd. Larger Fungi S. Centr. Afr.: 116 + fig.

 

Macroscopie  Chapeau 1-3,5 cm diam., convexe jeune mais très vite infundibuliforme, à chair très mince; marge d'abord incurvée ensuite étalée et légèrement cannelée; revêtement piléique non séparable, faiblement tomenteux puis lisse, mat, sec, d'un rouge vif (9A-B8) surtout au centre, devenant plus rouge orange (8A8) avec l’âge. Pied central ou rarement subcentral, grêle, 2-3 × 0,2-0,3 cm, droit ou légèrement courbé à la base, cylindrique, creux, sec, mat, rouge vif comme le chapeau à l'état jeune, devenant plus terne et blanchâtre à la base. Hyménophore décurrent, formé de plis peu épais, serrés, à peine 1 mm large, la plupart fourchus, rouge pâle (7A3) puis rouge-orange ou rouge (7-8A5-6), souvent poudrés de blanc, à arête entière et concolore. Chair mince, rouge vif dans le chapeau, plus terne ou rosâtre dans le pied. Odeur faible. Goût fort et piquant. Sporée blanche.

 

Microscopie – Spores 6,5-8,2 × 4,3-5,2 µm, Q = 1,46-1,74, lisses, ellipsoïdes. Anses d'anastomose présentes.

 

Ecologie Ectomycorrhizien, à large amplitude écologique et spectre d'hôtes relativement grand; forêt claire, miombo.

 

Distribution géographique connue – Bénin, R.D. Congo (Degreef et al., 1997; Heinemann, 1959; De Kesel et al., 2017), Tanzanie (Härkönen et al., 2003, ut C. cf. floridula), Zambie (Härkönen et al.2015; Pegler & Piearce, 1980), Zimbabwe (Ryvarden et al., 1994, ut C. miniatescens).

 

Note – Cantharellus addaiensis est sans doute la chanterelle la plus fréquente en Afrique tropicale, observée dans les forêts claires d’Afrique de l’Ouest (De Kesel et al., 2002) et dans les miombo de région zambézienne (De Kesel et al., 2017)Elle est souvent confondue avec Cantharellus floridulus, inféodée aux forêts denses humides.


Cliquez sur la carte de distribution pour visualiser les métadonnées des spécimens