Armillaria lutea Gillet

Hyménomycètes (Alençon): 83 (1874)

 

Synonymes:

Armillaria bulbosa (Barla) Kile & Watl., Trans. Br. Mycol. Soc. 81 : 135 (1983).

Armillaria gallica Marxm. & Romagn., Bull. trimest. Soc. mycol. Fr. 103(2): 152 (1987).

 

Macroscopie – Solitaire ou en petit groupe. Chapeau 2,5-9,5 cm diam., d’abord conique puis convexe à plan, à umbo obtus au centre; revêtement hygrophane, ocracé à brun à centre parfois plus foncé, fibrilleux, à squamules concentriques parfois persistantes; marge enroulée, infléchie ou droite, striée, plus pâle. Pied 4-10 x 0,6-1,8 cm, cylindrique, subclavé à rarement clavé, orangé-brun au-dessus de l’anneau, blanchâtre sous l’anneau; revêtement parfois strié, garni de flocons jaunâtres sous l’anneau, de moins en moins denses vers la base du pied; anneau fugace, fibrilleux, submembraneux à laineux, fixe, couvert de flocons jaunâtres à brun clair. Lamelles adnées ou subdécurrentes, denses, blanches puis orangées; lamellules fréquentes (2-8/Lamelle); arête concolore. Chair mince, blanc à blanc-rosâtre, immuable. Odeur faible, agréable. Goût amer. Sporée blanche.

 

Microscopie – Spores lisses, hyalines, ellipsoïdes à largement ellipsoïdes, (6,5-)7-8,5(-9,5) x (4-)5-6(-6,5) μm, Q = (1,2-)1,4-1,6(-1,9). Basides (27-)32-43(-46) x (6,5-)7-8,7(-9,3) μm, étroitement clavées à clavées, 4-spores. Anses d’anastomose présentes.

 

Ecologie – Saprotrophe, sur bois mort; forêt de montagne.

 

Distribution géographique connue – Régions tempérées. Rwanda (Degreef et al., 2016).

 

Notes – Certains specimens de Armillaria cepistipes peuvent être confondus avec A. lutea mais cette dernière se caractérise par l’absence de pied bulbeux, la présence de squamules sur toute la surface du chapeau et de flocons jaunâtres sur le pied, des caractères rarement observés chez A. cepistipes.


Cliquez sur la carte de distribution pour visualiser les métadonnées des spécimens